Partagez | 
 

 ✾ love like a sunset.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

¦ statements : 159
¦ pseudo : spectrum.
¦ faceclaim : ashley benson.
¦ copyright : © hepburns.
¦ activity : personal investigator.
¦ playlist : the weeknd, high for this ■ lana del rey, religion ■ foals, albatross ■ alt-j, hunger of the pine.

GHOST AROUND ▪
âge : twenty-four yo.
mates' book :
availability : all free.

MessageSujet: ✾ love like a sunset.   Dim 7 Fév - 23:40


wendy ansley
the sandwich saved me

NOM COMPLET ▪ Wendy, un prénom plutôt récent qui s'est beaucoup répandu dans les années vingt grâce au conte pour enfant Peter Pan. Ce dernier étant le préféré de ma mère depuis son plus jeune âge, elle a décidé de nommer sa seconde fille de cette façon. Mon deuxième prénom lui est Minerva, car j'ai tout simplement hérité du prénom de ma grand-mère paternelle décédée bien avant ma naissance. Ansley étant le nom de famille de mon père, je le porte donc naturellement. ÂGE ▪ Vingt-quatre ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE ▪ Le quatre octobre mille neuf cent quatre vingt-onze à Philadelphie, usa. NATIONALITÉ ET ORIGINE(S) ▪ De nationalité américaine. Pour ce qui est des origines, ma mère a de lointaines origines danoises, tandis que mon père est à moitié irlandais. Mon grand-père Robert Ansley, est arrivé à Ellis Island en mille neuf cent cinquante-sept pour débuter une toute nouvelle vie aux États-Unis. JOB/ÉTUDES Tout d'abord, j'ai suivi un cursus de criminologie à l'université pendant trois ans avant de démarrer une école de police. J'ai décidé de tout arrêter il y a peu afin de faire une formation de détective et travailler en tant qu'assistante/détective dans un cabinet privé. STATUT CIVIL ▪ Célibataire depuis quelques mois. SITUATION FINANCIÈRE ▪ $$$. TRAITS DE CARACTÈRE ▪ Téméraire, cynique, observatrice, discrète, intelligente, indépendante, méfiante, rebelle, raffinée, patiente, désordonnée, contrastée, maligne, agile, emphatique, curieuse, lunatique, mystérieuse, réfléchie, déterminée, honnête, douce, appliquée, entêtée. GROUPE ▪ ♧ I fuck the law. AVATAR ▪ Ashley Benson.

La jolie Wendy est née au sein d'une famille aimante dans laquelle elle a eu la chance de grandir relativement heureuse. Son père, un homme brave et plutôt conservateur, est le capitaine de police de Philadelphie. Quant à sa mère, elle n'exerce plus son métier d'écrivain depuis l'annonce de sa maladie. Jusqu'à peu, elle était décrite comme une belle femme pleine d'esprit. ■ Heureusement pour elle, Wendy n'a pas eu à grandir seule puisqu'une autre jolie blonde est arrivée avant elle. Cependant, à l'heure actuelle, l'aînée et la cadette ne s'entendent plus vraiment. ■ Son père s'est toujours apparenté à un mentor ou bien à un modèle. Désireux d'avoir un fils, il rêvait de transmettre la passion de son métier à sa descendance. C'est pourquoi Wendy a rejoint une école de police en premier lieu. Elle restait persuadée que la profession de son père était sa voie à elle aussi. ■ Seulement, la vision idéaliste qu'elle s'était faite de son paternel a commencé à se détériorer il y a un an, lorsque l'Alzheimer précoce de sa mère a été diagnostiqué. Plus le temps passait, plus il négligeait sa femme qui peinait à s'accrocher à ce qu'elle connaissait depuis toujours. Un comportement que Wendy a encore beaucoup de mal à comprendre, même aujourd'hui. ■ Aussi, elle a pris conscience que son père n'était pas si courageux et honnête qu'il le laissait sous-entendre. Elle a découvert que certains agents de son département ainsi que le capitaine Ansley lui-même ont été corrompus dans le but d'étouffer le meurtre d'un jeune des bas quartiers. Wendy n'a pas idée de qui est derrière cette sale histoire, mais dans tous les cas, elle n'a plus confiance en celui qu'elle autrefois admirait. ■ Toutes ces raisons l'ont poussé à quitter l'école de police. Toutefois, elle souhaitait toujours venir en aide aux gens qui en ressentent le besoin ou qui comme elle, ne font plus confiance aux forces de l'ordre. Wendy a donc décidé de devenir détective privé. Prendre des adultères en flagrant délit ou bien se lancer à la recherche de personnes qui ne souhaitent pas être retrouvées n'est pas ce qu'il y a de plus gratifiant, néanmoins elle estime que cela lui permet tout de même de rétablir certaines vérités, ainsi qu'à gagner sa vie. ■ Côté cœur, la demoiselle a connu quelques histoires, dont une plus longue qui l'a profondément marqué. Cependant, Wendy a ressenti le besoin d'y mettre fin il y a quelques temps, principalement car elle se sentait étouffer dans cette relation qui, d'après ses propos, allait beaucoup trop vite. ■ Malgré un goût prononcé pour la mode, Wendy aborde un style plutôt casual et confortable dans lequel elle se sent bien pour arpenter les rues de la ville afin de découvrir les secrets de ses habitants. Elle préfère d'avantage mettre en avant sa beauté de manière naturelle. ■ Bien que douce et sensible, Wendy peut paraître réservée, si ce n'est froide, aux premiers abords. Toutefois, au bout d'un certain temps, les gens se rendent généralement compte que c'est une fille agréable et ouverte d'esprit. ■ En plus de son début de conditionnement à l'école de police, la jeune fille prend des cours de kick-boxing de puis l'âge de douze ans. Ses années d'entraînements lui ont permis d'être capable de se défendre seule. ■ Pourtant pas amatrice de drogues dures, Wendy n'est pas contre le fait de fumer un joint de temps en temps. Cela l'aide à se détendre lorsqu'elle se sent nerveuse. ■ D'ailleurs, le stress la pousse généralement à se tripoter les cheveux malgré elle. Que ce soit en enroulant certaines mèches entre ses doigts, ou en passant sa main dans sa crinière blonde. Dans ces moments, elle ne peut pas s'en empêcher. ■ Depuis son adolescence, la jolie blonde s'est prise de passion pour les vernis à ongles. Elle en possède de toutes les couleurs, de toutes les sortes, de toutes les marques. Elle se sentirait presque nue lorsque ses ongles ne sont pas colorés. ■ Plus jeune, Wendy a dû faire face à quelques troubles alimentaires. A un certain point, elle était devenue anorexique/boulimique et ne mangeait plus. Suite à une courte thérapie, elle a plus ou moins réussi à reprendre le contrôle sur ses habitudes alimentaires. ■ Sa mère étant atteinte d'Alzheimer, Wendy a une chance sur deux d'être porteuse du gêne. Contrairement à sa sœur qui a été testée négative, elle ne souhaite pas savoir pour l'instant. ■ Geek sur les bords, la belle est fascinée par tout ce qui touche à l'univers de l'horreur. Particulièrement en ce qui concerne les films et les séries. Du classique Shining aux animations plus édulcorées de Tim Burton, Wendy regarde absolument tout.

01. AS-TU DÉJÀ EU DES DÉMÊLÉS AVEC LA JUSTICE? SI OUI, POURQUOI? ▪ Pas vraiment. En tant que fille de lieutenant de police, je me suis toujours tenue à carreau durant mon enfance ainsi que mon adolescence. En plus de cela, j'avais pour projet de rentrer dans la police moi-même, alors j'avais plutôt intérêt de filer droit. Aussi, je ne souhaitais surtout pas décevoir celui qui m'avait tout appris. Au jour d'aujourd'hui, c'est bien différent, mais disons que la plupart du temps, c'est relativement justifié.
02. TON CASIER JUDICIAIRE EST-IL VIERGE? ▪ Il l'est. N'ayant quasiment jamais enfreint aucune loi jusqu'à récemment, je ne me suis encore jamais faite interpeller. De plus, si dans le cadre de mon travail de détective privé, une enquête m'oblige à commettre une infraction quelconque, je m'assure toujours à ne laisser aucune trace derrière moi. Ce qui pour l'instant, semble plutôt bien fonctionner.
03. MENS-TU SOUVENT? Je vais répondre franchement ; oui. Ma profession m'y incite. Dans le but d'obtenir certaines informations, je dois parfois me grimer ou mentir au téléphone afin de me faire passer pour une résidente dans un hôpital, une étudiante en droit, ou encore une secrétaire dans une entreprise par exemple. Pour dire vrai, je dois mentir à peu près quatre vingt dix pour cent du temps lorsque je suis sur une affaire. Pour ce qui est de ma vie personnelle, je tente toujours d'être le plus honnête possible.
04. QUE PENSES-TU DE LA JUSTICE AMÉRICAINE? ▪ En dépit de tout ce qui a été sacrifié pour procurer à ce pays une Justice digne de ce nom, je la trouve incroyablement inégale. Bien qu'il soit extrêmement difficile de prendre compte tous les paramètres d'un acte criminel. Seuls les riches peuvent s'offrir le privilège de se défendre de chez eux. Seuls eux sont dans la capacité de se payer un avocat qui se soucie réellement de remporter le procès ou non. En addition, j'ai la ferme conviction que bon nombre de personnes influentes de ce milieu sont corrompues par certains organismes criminels bien plus puissants.
05. AS-TU CONFIANCE EN LA POLICE AMÉRICAINE POUR TE PROTEGER? ▪ Jusqu'à il y a peu, j'étais intimement convaincue que les forces de l'ordre faisaient tout ce qui était en leur pouvoir pour protéger les populations. J'ai grandi au milieu d'agents, je sais que beaucoup d'entre-eux ont ce désir d'améliorer la sécurité des américains, de les voir vivre en se sentant protégés. Toutefois, je sais aussi que les réseaux criminels deviennent de plus en plus difficiles à démanteler, et que ce que la police entreprend est loin d'être suffisant pour minimiser le taux de criminalité de beaucoup des villes de notre pays.


the great shipwreck of life ¦
PSEUDO/PRÉNOM ▪ Spectrum, mais on m'appelle plus généralement Caro'. ÂGE IRL ▪ La vingtaine bien tassée. PAYS ▪ Le pays de la baguette. OÙ AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM? ▪ Grâce à Caly, moi et nos p'tits doigts. FRÉQUENCE DE CONNEXION ▪ La plus régulière possible. Quatre jours sur sept. AVIS/COMMENTAIRES SUR LE FORUM ▪ CRÉDITS ▪ mine, jensenacklezs - tumblr. UN DERNIER MOT D'AMOUR ▪ Peace. ✌️


Dernière édition par Wendy Ansley le Mer 23 Mar - 0:20, édité 75 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

¦ statements : 159
¦ pseudo : spectrum.
¦ faceclaim : ashley benson.
¦ copyright : © hepburns.
¦ activity : personal investigator.
¦ playlist : the weeknd, high for this ■ lana del rey, religion ■ foals, albatross ■ alt-j, hunger of the pine.

GHOST AROUND ▪
âge : twenty-four yo.
mates' book :
availability : all free.

MessageSujet: Re: ✾ love like a sunset.   Lun 8 Fév - 0:35


▣▣▣
"i'm giving you a night call to tell you how i feel
i want to drive you through the night, down the hills
i'm gonna tell you something you don't want to hear."
Plus le temps passait, plus ça s'empirait. Cette satanée de maladie prenait peu à peu le contrôle de ma mère, de son intellect, de ses pensées, de ses souvenirs. Au début, elle oubliait de simples choses, comme  d'aller chercher du pain, ou encore de sortir le chien. Suite à cela, est arrivé le moment où elle commençait à ne plus se souvenir ce dont quoi elle parlait dix secondes auparavant, ce qui avait le don de la frustrer. Puis, est venu la période où elle commençait à me prendre pour ma sœur lorsqu'elle était encore étudiante, peu avant qu'elle ne finisse par me confondre avec sa propre sœur décédée depuis plus de quinze ans. Pour finir, les périodes de sa vie se sont mêlées dans sa tête avant de totalement disparaître à petit feu. Ça avait été tout bonnement horrible de la voir peiner à se raccrocher à sa vie pendant près d'un an tout en sachant que la bataille était quasiment perdue d'avance. Elle passait chaque moment de lucidité à faire travailler sa mémoire dans l'espoir d'améliorer un peu les choses. Au point où elle en était, son neurologue ne pouvait que s'efforcer d'être optimiste dans l'attente d'un "miracle". Pour ma part, je m'étais faite à l'idée que ma mère n'existerait plus bien assez tôt. C'était d'ailleurs pour cette raison que j'avais décidé de ré-emménager avec elle quelques temps avant qu'elle ne soit transférée dans une institution spécialisée sous ordre de mon père. A l'époque, dans les bons jours, elle paraissait presque pour une personne normale. Elle cuisinait, lisait ou encore écrivait comme si la maladie n'était pas présente. Dans les jours les plus mauvais, elle me piquait des crises d'adolescente en pleine puberté ou me jetais tout ce qu'elle pouvait à la figure en prétendant ne pas me connaître.
Comme toutes les semaines, j'avais été la voir dans cette affreuse maison de retraite où d'après moi, elle n'avait rien à faire. Le cadre était agréable et les employés étaient gentils, mais ma mère qui avait tout juste cinquante ans était encore bien trop jeune pour en être réduite à cet état. « Elle a été plus que difficile ces derniers jours. Elle n'a reconnu rien ni personne si ce n'est son neurologue et elle refuse de manger. Je pense que voir quelqu'un de son passé l'aidera. » m'expliqua une des aides soignantes avant de s'en aller vaquer à ses occupations. Une "personne du passé" voilà ce que j'étais devenue pour celle qui m'avait mise au monde. J'entrais dans la chambre, prête à affronter n'importe quelle version de ma mère, car il y en avait. Elle avait l'air amaigrie, effectivement. Je m'avançais doucement jusqu'à elle pour m'asseoir à ses côtés. « Hey maman. » Je pris le risque de passer ma main sur son épaule dans l'espoir que cela déclenche un peu sa mémoire. Malheureusement, elle était carrément dans la lune. « Qu..Qu.. Qui êtes-vous? » demanda t-elle, un air plutôt stupéfait au visage. C'était loin d'être la première fois qu'elle ne me reconnaissait pas, mais je devais avouer que ça faisait toujours un sale pincement au cœur. « C'est Wendy maman. » En regardant bien son visage, je compris rapidement dans ses yeux que j'étais comme une totale étrangère. Et que cette femme qui se trouvait devant moi était une étrangère également. Elle n'avait plus rien de ma mère. Son esprit, son sourire et son élégance étaient partis. Tout ce qui avait pu former sa personne s'était envolé comme de rien. Et bien que cela me torturait de me l'avouer, il ne restait plus qu'une coquille. Qu'un corps sans âme.



▣▣▣
"but i thought you might,
take me, take me, home, home
take me, take me, home, home."
Voilà plusieurs semaines que j'avais cette sale impression. Cette sale impression que tout le monde me mentait, ou bien me décevait. A commencer par ma mère. La femme qui m'avait mise au monde n'était pas foutue de me reconnaître. Celle qui m'avait élevé et qui m'avais tout appris ne savait tout bonnement pas qui j'étais. Ensuite, venait ma sœur qui semblait avoir oublié que malgré tout, maman n'était pas encore morte. Elle n'était venue lui rendre visite que peu de fois depuis que la condition de notre mère était devenue embarrassante. De plus, elle ne pouvait s'empêcher de faire des remarques désobligeantes sur son état. C'était probablement sa façon de faire face, cependant, je n'appréciais pas que l'on qualifie ma mère de "légume" ou encore de "cinglée". Elle était tout bonnement malade. Mon petit-ami lui non plus n'arrangeait pas la situation. J'avais appris récemment que mon père s'était laissé acheté pour couvrir une affaire aux yeux de la Justice. Un jeune homme était mort. Et mon père, qui tenait toujours de grands discours quant à la sincérité, avait tout étouffer. Clyde, avec qui je sortais depuis plusieurs mois, travaillait sur l'enquête et était sous ordre de mon père. Il s'était donc vu dans l'obligation d'arrêter les recherches. Un comportement que je jugeais lâche. Surtout de la part d'hommes qui s'étaient promis de protéger les populations.
« C'est moi. » entendis-je doucement derrière moi. J'avais encore la tête penchée sur le dossier Reyes. Je ne savais pas si c'était par esprit de contradiction envers mon père mais cette affaire m'obsédait. Et puis, j'étais plus que fatiguée d'apprendre que des gens qui n'avaient jamais eu de chance périssaient sous le bruit sourds des mitraillettes des gangs. Le mal existait, mais pas sous la forme de démons, de fantômes ou autre connerie. « Encore sur ce dossier. Tu n'es même pas encore flic, il faut que tu lâches l'affaire, Wen. » Je n'y arrivais pas. Je voulais simplement connaître la vérité. Avoir confirmation que mon père avait sa part de responsabilité dans la non mise en justice des meurtriers de ce garçon. Je voulais avoir la certitude qu'une fois de plus, il me décevait. « J'en sais trop Clyde. Maintenant, tu peux me dire ce qu'il s'est vraiment passé car tu sais que je n'arrêterais pas tant que je n'aurais pas le fin mot de l'histoire. » déclarais-je fermement. J'en savais assez qu'il réponde à mes questions à l'aide de réponses évasives. J'avais étudié la criminologie, je savais reconnaître lorsque quelqu'un cachait quelque chose. Il me regarda tout d'abord comme si j'étais devenue parano. Ou bien folle. Puis, au bout de quelques secondes, il baissa le regard, moins sûr de lui.
« Juste, dis-moi ce qu'il t'a demandé de faire du dossier, des preuves? » Les mots avaient réellement du mal à sortir de sa bouche. Je sentais qu'ils étaient là, au bout de sa langue. Cette hésitation signifiait simplement que tout croupissait dans le sous-sol des affaires classées. « Tout n'est pas blanc ou noir Wendy. Ton père a fait ce qu'il devait pour protéger ses gars. » Je n'en croyais pas mes oreilles. Clyde était de son côté. J'avais la certitude que même si il s'était contenté d'obéir, il était contre ça. Ça ne semblait même pas être le cas. C'était comme si tout ce en quoi on croyait depuis toutes ces années ne signifiait rien. En plus de ça, ses paroles m'avaient certifié clairement ce que je souhaitais confirmer. D'après moi, mon père avait surtout eu peur. Peur d'être celui qui se manifesterait pour beaucoup d'autres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

✾ love like a sunset.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
□ smile, or go to jail! :: what kind of man :: arsonist's lullabye :: peace of mind-